Lancement du Prix Littéraire KAYOYA ce 27 mars par le Service Culture du Journal IWACU

www.iwacu-burundi.org

...Le Prix KAYOYA est une manière de replacer le Burundais au cœur de la fiction littéraire. Qu’on ne se l’imagine pas seulement noir criminel ou innocente victime, mais être humain, avec toute beauté, sa richesse et sa complexité.
La réalité du vécu ne se raconte pas seulement sous serment, avec les larmes de la souffrance endurée, froide et déchirante ; la réalité laisse parfois entrevoir plus que cela : la fiction des horizons souhaités, entrevus, racontés...

Rappelons qu’en 2007, le document officiel établi par le gouvernement du Burundi, en collaboration avec L’UNESCO et l’Organisation Internationale de la Francophonie et fixant l’élaboration d’une Politique Culturelle du Burundi mentionnait, pour le roman : « C’est une pauvreté visible, car il n’y a pas d’œuvre de grande envergure ou de renom figurant parmi les classiques scolaires… »
Le dernier roman répertorié remontait à … 1993 !, avec la parution des ‘Tourments du roi’ d’Anselme Nindorera (Bujumbura).
Sur le plan de la nouvelle, la dernière parution remontait à 10 ans, avec le ‘Testament de l’espoir’ d’Antoine Kaburahe (Bujumbura), avec une pique amère sur la productivité des intellectuels burundais : « Il est cependant curieux de voir que nous ne trouvons pas parmi les auteurs de grands professeurs d’université qui enseignent la langue et la littérature à l’Université »...
Posté le 31/03/2009 12:46:59 Réaagissez à cet article
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.